Faut-il vernir ses tableaux ?

Faut-il vernir ses tableaux ?

Oui, mais garder votre patience. Il faut savoir qu'une oeuvre peinte à l'huile, suivant le nombre de couches de couleurs superposées, la structure et l'épaisseur de celles-ci, met un certain temps pour sécher. Même si elle parait sèche en surface, elle ne l'est pas pour autant dans son intégralité. Il faut plusieurs mois et presque une année pour que l'oeuvre peinte soit parfaitement dure en profondeur.
Il ne faut donc pas vernir une peinture avant le durcissement complet des parties colorées. En attendant, quelques mois après avoir terminé votre tableau, vous pouvez passer une ou deux couches de vernis à retoucher, coupé d'un peu de White spirit.
Vous pouvez ainsi attendre un an ou plus pour le vernir définitivement, ou même redonner une nouvelle couche de vernis à retoucher et attendre encore. en tout état de cause, il ne faut pas vernir un tableau avec un produit que l' on ne peut pas enlever ultérieurement. Prévoyez toujours un possible accident qui nécessiterait une réparation de la toile et des raccords.

Il existe plusieurs sortes de vernis

Les vernis tendres

Les vernis tendres que l'on peut facilement enlever par la suite, comme les vernis cristal à la gomme Dammar ou au mastic de Chio en larmes et certains vernis synthétiques. Il en existe dans toutes les marques en brillant, satiné et mat (qui contient un peu de paraffine). Ce sont ceux là qu'il faut employer.

Les vernis au copal

Les vernis au copal sont durs et tenaces, et ne s'enlèvent plus au bout d'un certain temps. Ces vernis sont assez foncés et foncent plus encore en vieillissant.

La peinture du XVII ème et XVIII ème siècle, dont les toiles ont pris ce ton "jus de pipe" qui a fini par masquer les couleurs originelles, en est un bon exemple.

Le vernis à retoucher

Le vernis à retoucher est un vernis léger à base de gomme Dammar et d'essence de pétrole. Ce vernis sèche très rapidement et fait disparaître l'embu.

L'embu est un phénomène inhérent à la peinture à l'huile. Il se produit quand les différentes couches de peinture ou trop grasses(trop d'huile ou vernis), ou trop maigres (trop d'essence), sont appliquées les unes sur les autres sans attendre un séchage suffisant, ce qui provoque sur un tableau des parties brillantes ou mates.
Il faut respecter la règle gras sur maigre. On n'augmente la proportion de vernis à peindre ou médium qu'en fonction des différentes phases d'évolution du tableau.

En règle générale, une peinture maigre sur une couche grasse procure un brillant; deux couches grasses, l'une sur l'autre, produisent un mat.
Le rôle du vernis à retoucher est de pallier cet inconvénient. Il suffit de passer ce vernis, coupé d'un peu de "white spirit", sur la surface du tableau pour faire disparaître l'embu, et on peut repeindre de suite.
Si une toile commencée reste un certain temps avant d'être reprise, il faut passer une couche de vernis à retoucher. Ce vernis pénétrant assurera la liaison entre les couches de peinture sèche et celles à venir.
Ce vernis sert aussi de vernis provisoire pour les tableaux avant leur vernissage définitif. Un tableau peut rester plusieurs mois , et même une année, sous une couche de vernis à retoucher. S'il y avait des corrections à apporter, ce n'en serait que mieux.
Enfin, le vernis à retoucher peut servir de diluant pour l'huile dans la peinture sur papier non encollé. il sèche très vite et permet d'exécuter des superpositions immédiates.

​Comment enlever un vernis sur un tableau ?

Pour un vernis léger : Dammar, mastic etc..., cela est assez simple. Il suffit d'être attentif, patient et précautionneux.

Vous prendrez 2 godets, un à droite, un à gauche. Dans celui de droite vous mettrez une mesure d'alcool à brûler à 90° ou d'alcool industriel à 95°, et une mesure d'essence de térébenthine seule dans celui de gauche.
Il faut aussi avoir 2 réserves de tampons d'ouate (coton), une pour la droite et une pour la gauche.
Tout d'abord, faites un essai en bas ou en haut de votre tableau, là ou cela se voit le moins.
Avec votre tampon de droite humecté de liquide du godet de droite, vous frotterez légèrement, et tout de suite après, avec le tampon de gauche humecté de térébenthine, vous neutraliserez la morsure de l'alcool.
après chaque cycle vous regardez votre tampon de droite. Dés que vous voyez des traces jaunes et collantes, c'est le signe que le vernis s'en va.
Vous pourrez progresser ainsi petit à petit sur toute la toile, toujours en regardant bien que votre tampon de droite ne comporte que des traces de vernis. Si vous apercevez des traces de peinture, c'est que vous avez été trop loin, et il faut arrêter immédiatement.
Pensez à changer fréquemment les tampons, dés qu'ils sont sales. Si le vernis résiste un peu, augmentez la proportion d'alcool. Ne vous trompez jamais de tampon. c' est pour l'éviter qu'il vaut mieux en avoir un dans chaque main !
Évidemment, si vous êtes gaucher, vous inverserez toutes ces manoeuvres.
N'allez jamais trop loin dans cette opération. Il vaut mieux qu'il reste un peu de vernis plutôt que d'attaquer la peinture. Il faut être très prudent.

Une fois le tableau déverni, vous pourrez le revernir. Mais cette fois ci, sans vous tromper. Inutile de vouloir mettre une couche épaisse, une couche légère appliqué avec un large pinceau suffit. Pensez à bien tirer votre vernis.
Il existe également du vernis en bombe aérosol que vous pouvez trouver dans des boutiques spécialisées. A vous de voir ce qui vous parait le plus simple et adéquat pour ne pas prendre de risque.

Démonstration de peinture en vidéo

Démonstration de peinture en vidéo